Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le lien

PADS, Algérie, Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme, Parti des communistes d'Algérie

Grèce, Activité militante multiforme des syndicats contre la politique anti-populaire

Publié le 12 Janvier 2018 par Lien-pads

La nuit du 9 janvier, des manifestations massives et combatives ont été organisées à Athènes, Thessalonique et d'autres villes de Grèce, à la suite des résolutions de plusieurs fédérations sectorielles, de centres de travail et de syndicats contre la nouvelle loi anti-populaire que le gouvernement SYRIZA-ANEL veut présenter au Parlement.

 

Cette loi prévoit une série de mesures que le gouvernement a acceptées avec l'UE et le FMI dans le contexte de la troisième évaluation de sa politique.

 

Ainsi, avec ce nouveau paquet de mesures, le gouvernement, parmi d'autres choses, tente de donner un coup au droit des travailleurs de déclarer la grève. Selon la nouvelle loi, afin qu'un syndicat de base déclare une grève, 50% des syndiqués embauchés l'acceptent. Bien plus, c'est une mesure que le gouvernement a l'intention d'approuver sous le prétexte de "démocratie", alors qu'en même temps, sur les lieux de travail le terrorisme des patrons règne, le danger de licenciements pour une participation à des manifestations est imminent, particulièrement dans les conditions où le chômage qui est présent atteint particulièrement des niveaux élevés.

 

Bien plus, cette loi élargira des ventes aux enchères de la propriété contre ceux qui ont des dettes envers l'Etat (c'est à dire au service des revenus, aux fonds de sécurité sociale) et prochainement réduire le reste des acquis sociaux.

 

La manifestation des syndicats à Athènes a commencé par un rassemblement sur la place Omonia et s'est terminée par une rencontre d'une représentation des manifestants avec la direction du Ministère du travail. Quand la marche a atteint le Ministère, les représentants des manifestants ont demandé l'ouverture des portes du Ministère afin qu'ils puissent ainsi rencontrer la direction politique du Ministère. Quand leurs demandes sont restées sans réponses, ils ont eux-mêmes ouvert les portes. Poussant des mots d'ordre tels que "la loi est la cause juste de l'ouvrier et non pas les profits capitalistes" et "ouvriers sans vous rien ne peut pas un rouage ne peut tourner, vous pouvez agir sans les patrons, ils ont "renommé" le Ministère du Travail en une appellation plus appropriée pour son travail quotidien: "Ministère des patrons de l'UE et du FMI".

 

Ensuite une représentation des syndicats est allée dans le bureau du ministre Efi Ahtsioglou qui était accompagné du Vice-Ministre Theanou Fotiou. Les représentants des travailleurs ont souligné qu'il était honteux d'abolir le droit de grève, un droit pour lequel des générations de travailleurs avaient versé leur sang. Ils dénoncèrent la nouvelle loi que la nouvelle loi présentée par le gouvernement est exactement la même que la loi requise par le précédent gouvernement de la Nouvelle Démocratie (ND) et leur rappelèrent que 35 syndicats du PAME  avaient tenté le 18 février une manifestation similaire où ils ont participé contre la loi de 2015 de ND.

 

Le ministre a choisi de répondre à la demande des représentants des travailleurs de retirer la partie de la loi sur la grève avec un "non" sec et ils ont quitté le bureau sans recevoir une réponse claire aux questions soulevées par les représentants des ouvriers.

 

Les manifestants sont restés pendant un temps long sous le ministère, en poussant des mots d'ordre, alors qu'ils inscrivaient à la peinture un grand slogan lisible à l'entrée du Ministère : "Ne touchez pas au droit de grève". Au même moment des hauts parleurs appelaient le peuple à participer à la grève du 12 janvier et aux rassemblements du même jour, alors que les travailleurs accrochaient une grande banderole sur la façade du Ministère sur laquelle est inscrit "Gouvernement du grand Capital de l'UE écoutez bien : Ne touchez pas au droit de grève. C'est un droit des travailleurs".